Vous avez des questions ?

Mes réponses à vos questions ont aidé jusqu’à présent énormément de femmes. Comme je recois beaucoup de messages, et pour me faciliter un peu la tache, j’ai préparé ci-dessous une petite sélection des questions les plus courantes, y compris mes réponses qui j’espère vous aideront. Sinon, n’hésitez pas à m’écrire. Cela s’applique si vous êtes intéressée par un échange sincère, par contre, évitez s’il vous plaît de m’envoyer des messages indésirables (pub, spams, blagues, etc). Merci !

Comment ai-je eu l’idée de créer ce site ?

En toute humilité, j’ai créé ce site dans le but de partager avec d’autres femmes mes connaissances sur la ménopause afin d’aider le plus de personnes possibles, car j’aurais moi-même aimé être mieux préparée, surtout à l’époque de ma périménopause. Cela m’aurait évité de consulter certains pseudo-spécialistes et d’éviter leurs méthodes soit-disant miraculeuses…

Je suis loin de vouloir faire du prosélytisme  ; je souhaite seulement apporter mon aide et mon soutien aux femmes qui se sentent dépassées par les événements. Je m’adresse donc aux femmes qui passent par cette phase inévitable de la vie, et qui veulent la rendre plus agréable à vivre. En particulier pour les femmes qui n’ont pas eu la chance comme moi d’avoir eu une si bonne gynécologue et un partenaire si fantastique.

Internet offre la possibilité d’être lue par une grand nombre de personnes, et comme je n’avais ni le temps, ni la prétention, ni les moyens de publier un livre, j’ai donc opté pour cette option ma foi la plus simple aujourd’hui. Et comme vous l’avez peut-être lu dans la rubrique « à mon sujet », j’ai aussi pris plaisir à créer ce site, ce qui pour moi a été une grande première. Et qui sait, peut-être finirai-je un jour tout de même à publier un livre.

Quels ont été les troubles les plus importants chez moi ?

Avec le recul, je dois dire que mes fluctuations hormonales ne m’ont épargnée d’aucun symptôme. Ce qui a été particulièrement pénible fut de me sentir quasiment impuissante face à mon corps en mutation. Je pense par là à des situations difficiles, comme ne pas savoir à quel moment et avec quelle intensité vont apparaître les règles, et surtout combien de temps elle vont durer. Et puis plus tard, ça a été les bouffées de chaleur auxquelles on ne s’attend pas, les excès soudains de transpiration, les vertiges et autres problèmes de circulation, les douleurs au niveau de la poitrine avec les craintes que cela comporte, un manque certain de concentration et surtout, ces nuits blanches.

Ce qui m’a aussi beaucoup dérangée au début, ce fut le manque de compréhension de mon environnement, à l’exception peut-être de mon mari. Mais même là, qui veut parler de ses problèmes de ménopause avec son mari. Je me suis dit qu’il n’y avait rien de moins sexy que ça, je me suis renfermée sur moi-même, me suis sentie isolée, seule et incomprise.

Ce n’est que lorsque j’ai accepté le défi en m’intéressant vraiment au sujet de la ménopause, en modifiant mon alimentation, et en faisant plus d’exercice, et surtout, en essayant de me changer moi-même en adoptant une attitude positive que je suis parvenue à sortir de ce cercle vicieux.

Comment ai-je pu finalement contrôler ces symptômes de la ménopause ?

C’est en effectuant des recherches sur la ménopause, et grâce à ma sensationnelle gynécologue aujourd’hui retraitée que j’ai pu tourner cette page alors vécue comme un calvaire. Tout d’abord parce que j’ai fini par comprendre que la ménopause n’est pas une maladie.

D’autre part parce que j’ai découvert qu’il existe aussi des solutions à ces pénibles symptômes autres que des solutions synthétiques. Et puis plus je me suis documentée sur la ménopause et sa signification dans d’autres pays, plus j’ai réussi à la confronter avec souveraineté. J’ai fini par développer une conscience de moi et de mon corps qui m’a permis par la suite d’adopter un comportement positif face à mes problèmes. Bien-sûr, cela ne fait pas disparaître les symptômes, mais je vous assure que cela aide énormément à vivre avec.

En outre, il est crucial d’adapter nos habitudes causées par nos changements métaboliques et hormonaux, pour parvenir à soulager ces symptômes de la ménopause. Ça m’a par exemple mené à modifier mes habitudes alimentaires, en faisant attention de consommer suffisamment de nutriments vitaux, en particulier certains acides aminés et des phytohormones. Et comme j’aime manger différemment tous les jours pour obtenir un apport suffisant tout en continuant à m’alimenter de façon diversifiée, j’ai recours, en plus de mes légers changements alimentaires, tout simplement à des compléments alimentaires.

Ma conclusion : en tant que femme, il est plus simple de traverser la ménopause lorsque le corps et l’esprit sont en harmonie, et qu’on adopte un comportement positif.

Existe-t-il des produits utiles contre les symptômes de la ménopause ?

On ne peut de toute évidence pas éviter un apport en substances vitales et en hormones naturelles, si on veut éviter une prise chimique d’hormones. Si on y parvient au travers de l’alimentation, il n’y a pas de raison d’avoir recours à un supplément alimentaire. Mais si nos goûts ne nous le permettent pas, il existe beaucoup de produits qui ont fait leurs preuves pour compléter l’alimentation quotidienne.

Donc en plus des autres mesures décrites plus haut pour stimuler mon métabolisme, je fais confiance à un complexe actif à base d’acides aminés, de vitamines B, de minéraux et de différentes phytohormones. C’est pour moi la meilleure solution car tout ce dont j’ai besoin est inclus dans ce complexe, ce qui me permet de ne pas me poser constamment la question sur le choix exact et la quantité idéale des aliments que je dois consommer. J’ai obtenu de bons résultats avec un produit qui s’appelle « Juvel-5 balance femme », et qui est d’ailleurs le plus souvent conseillé dans ce domaine, tout comme avec un autre produit nommé « Euramin méno actif ». Si vous voulez totalement vous passer d’hormones, même naturelles, vous pouvez simplement avoir recours à un complexe à base d’acides aminés et de vitamines. Je sais qu’il y a aussi chez Amazon Allemagne un produit nommé « Amino 35+ (Premium Edition for Women) ». D’ailleurs apparemment, tous ces produits naturels sont fabriqués en Allemagne.

Toutefois, je conseille à toutes mes lectrices de ne pas compter uniquement sur un complément alimentaire, mais de voir les compléments alimentaires comme une partie de la solution aux problèmes de la ménopause.

Qu’est-ce que je pense du traitement hormonal de substitution ?

Beaucoup de courriers se rapportent au traitement hormonal de substitution (THS) d’origine chimique, et sujet à polémique. Polémique évidente, car la plupart des médecins continuent comme ils l’ont fait ces dernières décennies aujourd’hui encore et malgré tous les risques impliqués, à prescrire des hormones chimiques.

L’incertitude quant aux conséquences du THS est énorme. En me lisant, vous aurez certainement constaté que je suis plutôt critique envers l’usage des THS, et n’envisage leur utilisation que dans des cas critiques très extrêmes, si toutes les autres méthodes moins dangereuses n’ont pas eu d’effet. Enfin je pense que chaque femme doit décider pour elle-même, après examen critique de son état.

Quel sport je pratique ?

Une activité sportive en centre sportif ne m’a jamais attirée, même si je me considère comme particulièrement active. Je n’ai jamais été membre d’un club sportif et ne le suis toujours pas d’ailleurs. Mais cela ne m’empêche pas de bouger autant que possible. Je me balade beaucoup, pendant les vacances nous faisons de longues randonnées, j’adore nager et surtout, je fais beaucoup de vélo, que ce soit pour faire mes courses, rendre visite à une amie ou faire de plus longs périples le week-end. Et puis j’évite fondamentalement les ascenseurs et autres escaliers roulants.  C’est ma façon de rester en forme physiquement. Enfin une des façons.

C’est donc avec cette diversité de loisirs que je parviens à supporter les rigueurs de la vie quotidienne et en partie les symptômes de la ménopause, en donnant de la vitalité à mon corps comme à mon esprit dès que j’en ai la possibilité.

Je ne peux qu’encourager toute personne pratiquant un sport avec enthousiasme, surtout pendant la ménopause.  Continuez comme ça !

Qu’est-ce qui pour moi est important dans mon alimentation ?

Aujourd’hui, même un petit enfant pourra vous dire qu’il est important de s’alimenter de façon saine et équilibrée. Concrètement, cela dépend bien-sûr de chaque individu. Ainsi, la période de la vie dans laquelle nous nous trouvons, notre quotidien, détermine en grande partie la quantité et la variété des aliments que nous mangeons ou plutôt, devrions manger. Une journée de travail épuisante, ou bien élever un enfant nécessite évidemment une alimentation plus riche en énergie que chez les personnes plus âgées.

Néanmoins, on peut dire que le besoin en nutriments les plus divers est particulièrement élevé chez la femme lors de la ménopause, car il faut absolument rééquilibrer les déficits hormonaux et métaboliques. Les ouvrages spécialisés indiquent explicitement que tout particulièrement les femmes traversant la ménopause doivent absolument faire attention à bien contrecarrer les carences en arginine, en lysine et en carnitine, qu’elles doivent consommer des vitamines B avec aussi de l’acide folique. On peut naturellement consommer des aliments comprenant des hormones naturelles pour équilibrer notre déficit hormonal. On trouve ces phytohormones dans différentes plantes médicinales, et en particulier dans le soja, le houblon, la rhubarbe, la baie de Schisandra, le trèfle rouge, le thé vert, etc. Cependant, le soja est controversé, entre autre en raison de sa haute teneur en OGM, et c’est pourquoi j’évite le plus souvent les produits à base de soja.

Malheureusement, la nourriture produite en masse, l’utilisation de pesticides et les longues distances de transport font que la nourriture a perdu beaucoup de sa qualité. Il est de ce fait devenu quasiment impossible de répondre à nos besoins de façon adéquate, bien-sûr les produits organiques du terroir mis à part. Mais qui y a vraiment accès, surtout quand on vit en ville ?

En plus de cela, je dois dire que soit je ne les apprécie pas particulièrement, soit je ne supporte pas certains aliments qui cependant regorgent d’acides aminés et me feraient le plus grand bien. Je pense notamment aux noix ou à la viande rouge. Ainsi, j’ai recours à un complément alimentaire afin de couvrir mes besoins en substances vitales en quantité suffisante, comme je l’avais déjà fait pour couvrir partiellement mes besoins en vitamines.